Poilus

Que retiendra la Haute-Marne de cette 45e semaine de l’année ? On est dans le calendrier de l’Avant, je vous le rappelle. L’Avant Montier s’entend. L’avant 17 aussi. L’avant fusion des CCI peut-être un peu aussi…

La concomitance des deux premiers événements m’interpelle : ceux qui veulent sauver le monde rural – et peut-être aussi leurs fins de mois – vont couler, si on n’y prête gare, le Festival de Montier. Ce serait dommage : l’événement le plus valorisant de notre territoire, qui plus est très pro environnement – mis à mal par une histoire de cherté du gasoil.

Comme la semaine dernière, on renoue avec un cruel paradoxe : bien sûr, le gasoil est trop cher, surtout pour nous qui avons moins de revenus que les autres Français, mais plus de distances à parcourir. Mais « en même temps » (sic), bien sûr, il faut protéger le vivant, produire moins de gaz à effets de serre, inhaler moins de particules fines. Qui s’y opposerait ! Ce paradoxe rend compte du réel. Il s’avère aussi têtu que complexe. Et n’évoquons pas ici les récupérateurs de tout poil tapis derrière une démagogie archaïque et/ou un nationalisme étriqué.

Nous sommes aujourd’hui le 11 novembre. Le 11 novembre du centenaire. Un siècle, une éternité pour un jeune d’aujourd’hui. Mais aussi une fine particule de temps à l’aune de la folie des hommes. Enfant, je cherchais sur le marbre des monuments aux morts des villages de notre région les cinq lettres de mon nom de famille, pour voir si les miens aussi…

J’ai déjà écrit ici qu’il fallait donner aux jeunes le goût de la lecture, l’appétence pour le texte bien tourné qui rend intelligent, cultivé, qui interroge, fait rire ou pleurer. Qui rend libre et meilleur. Sur 14-18, la littérature nous offre de somptueux et bouleversants chefs-d’œuvre. Dans ce registre, il faut accompagner nos ados à Douaumont. Là, dans le brouillard de notre Grand Est, il n’y a rien à lire. Juste se taire. Écouter. Ressentir. La seule perspective des croix alignées qui vont mourir avec l’horizon leur en apprendra davantage sur le prix de la vie, de la liberté, que n’importe quel cours d’histoire. Et Verdun, c’est à immédiate proximité dans l’espace et le temps. D’ailleurs, dans quelques semaines, Verdun dépendra de notre CCI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *