Roule ma poule

Que retiendra la Haute-Marne de cette 36e semaine de l’année ? Que chacun de nous est une parcelle d’éternité ? Peu probable. J’y songeais pourtant très sérieusement dans l’obscurité complice, l’autre nuit, le nez en l’air sous l’immensité de la voûte céleste.

Le rapport avec la Haute-Marne, me direz-vous ? Il existe très peu de sites, en Europe, peu ou pas pollués par la lumière artificielle des agglomérations. Pour qui envisage d’observer la troublante notion d’infini appliquée à l’espace et au temps, la Haute-Marne, enfin, certains sites “perdus” de Haute-Marne offrent ce qu’il y a de mieux*. Comme quoi, vivre dans le ventre mou de la diagonale du vide peut parfois offrir des opportunités. A-t-on envisagé un observatoire dans le futur Parc ? Là, je laisse un indice sur mes spots. À propos des rapports incestueux de la vitesse et du temps, on m’a interpellé sur la durée du déplacement de Gérald Darmanin, ministre pressé, entre Chaumont et Langres jeudi. Scientifiquement, les données chiffrées de l’expérience contredisent assez effrontément celles de la Loi sur les 80 km/h. Au risque de passer pour un poujadiste de la pire espèce, j’avance ici que nous ne sommes pas toujours tous égaux devant la Loi. Un peu moins loin que la galaxie GN-Z11 (13,4 milliards d’années-lumière), à gauche en partant du milieu, se situe le Parc aux daims (22 km de mon bureau). S’y tient annuellement la fête de la chasse et de la nature. J’y vaquais cette année encore sous ma casquette de plumitif désespérément laborieux. Soudain, un peu à l’écart, au fond, mon regard dessillé et incrédule découvre les gallinacés ! À tomber ! Des championnes. Premier enseignement : on a ici des poules ; elles sont bonnes. Attendez, ce n’est pas fini : à l’autre bout d’une autre allée, vous avez peut-être croisé Jean Masson, directeur du GIP. Un homme sérieux s’il en est (donc assez loin des poules). Ma collègue me le définit comme LE spécialiste des blaireaux en Haute-Marne. Moi, naïf : « peut-être parce qu’il fréquente les élus du Conseil dep… » Nenni ! lui s’intéresse aux blaireaux qui creusent des tunnels dans tous les sens, et partout en Haute-Marne, pas seulement des galeries orthogonales dans les argilites du Callovo-Oxfordien**. Deuxième enseignement : on a des blaireaux en Haute-Marne. Plait-il ?, vous le saviez ?

JHM du 9 septembre 2018

* Des sites Web très spécialisés vous confirmeront cela sous forme de cartes.

** Futurs geoliers des radionucléides, 500 m sous les sabots des vaches de Bure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *