Beaucoup de bruit

Que retiendra la Haute-Marne de cette 34e semaine ? J’écrirais pudiquement : des nuisances sonores. Que les tympans bragards éprouvent une forme discrète de lassitude, assaillis qu’ils sont à longueur d’année par des rafales de décibels venus du ciel (JHM du 21 août). Cela dure depuis des décennies. Un jet a franchi le mur du son à la verticale de la maternité de l’hôpital (l’ancien, aux Ajots) au moment de ma naissance. Dès mes premiers instants, j’étais destiné à ne jamais être entendu. Continuer la lecture de Beaucoup de bruit

Camarades, si si…

Que retiendra la Haute-Marne de cette 32e semaine ? Sans doute pas qu’en face de l’article qui relatait le premier déplacement de la nouvelle secrétaire d’État, Mme Abba, au Der, en figurait un autre intitulé « Stop aux incivilités à Montier-en-Der » (JHM du 4 août p. 4 et 5). Je précise que les deux événements ne présentent strictement aucun rapport. Qu’il soit permis au plumitif laborieux astreint à chronique, votre serviteur, d’évoquer plutôt la une de la veille : lundi 3, le JHM titrait sur Yto. La photo montre deux salariés (les derniers) devant l’entrée d’une usine que j’ai connue comme tant de Bragards sous le nom de C.I.M.A. LA Cima. Vous n’étiez pas née, Madame ; je me demande même si votre mère… Continuer la lecture de Camarades, si si…

Le mètre, où je pense

Que retiendra la Haute-Marne de cette 29e semaine ? Sans doute pas la théorie de la relativité. Cependant… Le plumitif laborieux astreint à chronique, votre serviteur, n’est pas exactement coutumier des équations de la relativité générale. Et jusqu’à ces jours-ci, même la relativité restreinte me posait encore quelques soucis d’entendement. C’est fini ! Pour comprendre, rendez-vous sur la page Facebook de la préfecture de Haute-Marne. Faites défiler : vous allez tomber sur deux articles qui se suivent et qui expliquent tout. Je résume : un mètre, c’est parfois plus, c’est souvent moins. Continuer la lecture de Le mètre, où je pense

Énergie sombre

Je profite de mes vacances pour errer vers le lointain sud : jusqu’au marais de Chalmessin. Le guide, l’excellent Romaric Leconte, y a évoqué l’étrange affaire qui associe une fleur bleue, un papillon et une fourmi. Je vous résume les faits : le papillon ne pond QUE sur cette gentiane, laquelle ne pousse presque qu’ici. Et la chenille du papillon se fait nourrir par une fourmi particulière, sans laquelle elle ne deviendra jamais papillon et ne pourra pas pondre sur la gentiane. Bref, pour que ça fonctionne très bien à condition que chacun soit là : il faut la fleur ET la fourmi ET le papillon. Chacun est très différent des deux autres. Et pourtant, ici, en Haute-Marne, ils ont créé une incroyable relation à trois. Un peu comme si Saint-Dizier, Chaumont et Langres travaillaient ensemble au profit de chacune. Continuer la lecture de Énergie sombre

L’imposture des postures

Que retiendra la Haute-Marne de cette 25e semaine ? Nous voilà pourtant déjà au mitan d’une année déconcertante ; une année fertile, qui sait ? Des relents du temps d’avant, j’ai relevé l’accident mortel de Bologne, qui a fauché la vie d’un tout jeune homme et condamné un survivant à l’enfer. Il reviendra à l’enquête d’établir les circonstances de la tragédie. De toute manière, mourir à l’aube de sa vie sur une route haut-marnaise reste autrement plus inacceptable, inconcevable, que mourir du Covid au crépuscule. Continuer la lecture de L’imposture des postures

Ça peut servir, on ne sait jamais

Que retiendra la Haute-Marne de cette 24e semaine ? Que le temps du presque après ressemble beaucoup au temps d’avant ? Des exemples ? La Préfète qui donne son accord pour Unitech (JHM du 9 juin) ; ou encore la jeune femme qui ne peut pas contracter d’emprunt sous prétexte qu’elle a eu un cancer (JHM du 12 juin) ; sans parler des Laurel et Hardy de la ruralité : les agriculteurs et les chasseurs, et entre les deux les dégâts de gibier (JHM du 11 juin). Cela ne vous rappelle pas un peu les relents de l’ancien monde, tout ça ? Continuer la lecture de Ça peut servir, on ne sait jamais