L’imposture des postures

Que retiendra la Haute-Marne de cette 25e semaine ? Nous voilà pourtant déjà au mitan d’une année déconcertante ; une année fertile, qui sait ? Des relents du temps d’avant, j’ai relevé l’accident mortel de Bologne, qui a fauché la vie d’un tout jeune homme et condamné un survivant à l’enfer. Il reviendra à l’enquête d’établir les circonstances de la tragédie. De toute manière, mourir à l’aube de sa vie sur une route haut-marnaise reste autrement plus inacceptable, inconcevable, que mourir du Covid au crépuscule.

Je songeais étrangement à ce jeune, que je ne connaissais pas, en assistant vendredi à une conférence de presse sur l’apprentissage. J’étais donc bien convié officiellement à une “CONFERENCE DE PRESSE” : un exercice un tantinet convenu avec une table au milieu. D’un côté des gens récitent un propos savamment préparé, nourri aux éléments de langage et couché dans un dossier de presse. De l’autre, donc, la presse, qui pose des questions et prend des notes. Le thème était l’apprentissage, donc la formation, donc les jeunes. L’affaire démarrait poussivement. Longeant la partie la mieux garnie de la table, on remarquait, respectant le mètre sanitaire qui jauge les intervalles, une préfète, un président de Chambre, une députée, des directeurs…

Insensiblement, les choses ont dérapé. Plutôt que de transmettre à la presse tout ouïe leur message mille fois entendu sur l’importance de former mieux les jeunes, les savants leaders d’opinions ont complètement omis les journalistes, pour se parler. Entre eux. Si, si… ils s’écoutaient, se répondaient, proposaient. Tout, dans leur attitude, leurs épaules, leurs regards indiquaient l’intérêt que chacun portait aux propos de l’autre. Comme s’ils se découvraient. Je n’étais plus l’acteur obligé d’une soporifique conférence de presse, mais, invisible derrière mon bic cristal, le témoin transparent d’une séquence de travail.

Tant mieux ; que du bonheur. Aux chiottes, les vieilles postures ! Libérez la parole, et plus encore la capacité d’écouter et d’entendre les autres. C’était sur l’apprentissage, donc l’avenir de nos jeunes. Cela pourrait être sur n’importe quoi. C’était un inopiné moment de grâce. La Haute-Marne s’élaborait. Les postures en moins. Le futur en mieux.

JHM du 21 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *