Le tableau de la mort qui tue

Que retiendra la Haute-Marne de cette 21e semaine de l’année ? En temps normal ici plumitif certes laborieux mais naturellement enclin à l’optimiste, je dois vous avouer ma noire perplexité à la lecture du cahier sports du JHM de mardi dernier. Au classement de Régional 1 (le plus haut niveau régional en football), les deux seuls clubs haut-marnais survivants figurent à l’avant-dernière place (Chaumont) et à la dernière place (Éclaron).

Il faut que je vous dise. Enfant, j’allais voir jouer le CO à Saint-Dizier. Je n’avais trouvé que cela et la lecture pour repousser l’horizon que découpaient les tours du Vert-Bois. Ces émotions-là m’ont amené à entrer dans la carrière : journaliste sportif. Guère plus grand mais vingt ans plus tard, j’ai ainsi suivi l’ECAC au Dodin en deuxième division. Vous n’étiez toujours pas née, Madame. C’est juste pour vous dire : du foot, on en a connu, en Haute-Marne.

Prenez Éclaron : ce club emblématique évolue au plus haut niveau régional depuis plus d’un demi-siècle. Or, ce dimanche après-midi, pour le match de la mort qui tue, Éclaron reçoit Chaumont. Il se peut même que les deux derniers clubs haut-marnais sombrent ensemble. Je vais être cruel : on peut se payer des volleyeurs. Pas des footballeurs. Car ce classement de football discrètement imprimé en cahier sports, il révèle bien plus de choses sur notre territoire que moult savantes statistiques.

 

Chronique parue dans la rubrique “D’une semaine à l’autre” du JHM dimanche 27 mai 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *