Connardevirus

Que retiendra la Haute-Marne de cette 10e semaine de l’année ? Qu’elle fut celle où l’on a appris que le coronavirus, plus malin que le nuage de Tchernobyl, avait atteint nos vertes contrées. Le pire n’étant jamais sûr, on a longtemps espéré, en Haute-Marne, passer à travers les gouttes. Parce qu’ici, les rassemblements de plus de 5 000 personnes sont moins fréquents qu’une commune sans candidat.

Statistiquement, mécaniquement, les Haut-Marnais, nettement moins nombreux que les Haut-Rhinois avaient ainsi moins de probabilités d’héberger connardevirus. On pouvait se dire aussi qu’ici, au moins, l’air est renouvelé en permanence, avec toutes ces éoliennes qui ventilent.

De part et d’autre du cours haut de la rivière Marne, les kilomètres carrés paraissent plus spacieux que le long du cours haut du fleuve Rhin. Cela qui nous vaut des éoliennes et des galeries souterraines. Et peut-être moins de virus ? Raté…

Sachant que l’immense majorité des victimes affiche plus de 80 (ans) au compteur, mécaniquement, proportionnellement, ça risque de faire plus mal vers chez nous : regardez notre pyramide des âges. Dimanche prochain, allez voter avec votre propre stylo. Cela vous évitera de tripoter le même bout de plastique que des centaines d’autres au moment d’émarger.

JHM du 8 mars 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *