Archives de catégorie : D’une semaine à l’autre

Monsieur Flouest

Que retiendra la Haute-Marne de cette 43e semaine ? L’hommage rendu par la nation à Samuel Paty sans doute. On a (presque) tous eu des maîtres, des maîtresses (pour moi insuffisamment), des profs. On les connaît bien, les profs, ici ; régulièrement, d’une plume sans doute jalouse et assurément malhabile, je raille leurs vacances et leurs grèves. Ils sont souvent bien châtiés. Les voilà officiellement bienaimés aussi. Continuer la lecture de Monsieur Flouest

Le moindre coût, à quel prix ?

Que retiendra la Haute-Marne de cette 42e semaine ? Qu’elle a pris de l’avance sur nombre de régions française, et pas des moindres. Partout, les chochottes éplorées se lamentent du couvre-feu couperet à 21 h. À Chaumont, le dimanche, depuis 30 ans, le couvre-feu débute à midi. On n’en est pas mort. Le centre-ville, si, un peu. Continuer la lecture de Le moindre coût, à quel prix ?

Monsieur l’ancien

Que retiendra la Haute-Marne de cette 40e semaine ? La démission de Bruno Sido (alias « Monsieur l’ancien président ») du Conseil départemental ? Hola ! il n’abandonne pas tout. Il demeure sénateur. Tiens, justement : un lecteur vétilleux téléphone au journal mercredi, assez remonté et plutôt vindicatif ; il reproche à la rédaction de ne pas avoir traité le résultat des sénatoriales en Haute-Marne. Continuer la lecture de Monsieur l’ancien

Coup de vent

Que retiendra la Haute-Marne de cette 39e semaine ? Peut-être le non du Conseil départemental à Unitech (JHM de samedi 26 p. 4). A voir la photo, les plus jeunes n’y verront qu’un avis de gens bâillonnés. Justement, malgré leurs masques, ils le sont moins, bâillonnés, ces élus. Imaginez le même débat il y a dix ans et il ne se serait trouvé que le seul Jean-Luc Bouzon pour dire niet. Aujourd’hui, signe des temps, l’environnement a pris le pas sur l’économie. Les élus ne s’assoient plus sur ce qu’ils devinent être l’opinion publique. Continuer la lecture de Coup de vent

Copié collé

Que retiendra la Haute-Marne de cette 38e semaine ? Sans doute pas le mail très personnel adressé à votre serviteur, plumitif laborieux, par une lectrice fidèle ; elle réagissait à la chronique de dimanche dernier. J’y évoquais le roman récemment rebaptisé Ils étaient dix, d’Agatha Christie. D’une plume bienveillante, élégante, intelligente, elle concluait son propos par : « Je reste persuadée que si vous aviez la peau noire, comme moi, votre chronique de ce dimanche aurait été différente ». Ça s’appelle une bonne claque. Elle a raison. Continuer la lecture de Copié collé

Rien n’est acquis

Que retiendra la Haute-Marne de cette 36e semaine ? Probablement la première rentrée masquée. Dans les salles de classe, au travail. Personne n’aurait imaginé cela voilà un an. Votre serviteur, plumitif laborieux astreint à chronique, était même le premier à penser et à écrire qu’il se trouvait deux secteurs de l’économie qui ne pouvaient que croître : la santé (Prothesis Valley dans le Bassigny) et l’aéronautique (nos forges et notre polisseur). Continuer la lecture de Rien n’est acquis

Et

Que retiendra la Haute-Marne de cette 35e semaine ? Assurément pas que l’association progrès du management (APM-52) m’a convié à ses travaux mensuels, jeudi à Colombey. L’expert y exposait sa conception de tout ce qui favorise l’envie d’entreprendre. Son outil : l’attitude intérieure positive. Il a par exemple interpellé et parfois déstabilisé ses hôtes haut-marnais en ces termes : « quelle est votre plus grande richesse ? ». Il a attesté que le mot qui constitue une équipe, c’est le “ET”. Il leur a certifié qu’en cultivant leurs points forts, ils généreraient du plaisir et de l’énergie. De la réussite. Continuer la lecture de Et

Beaucoup de bruit

Que retiendra la Haute-Marne de cette 34e semaine ? J’écrirais pudiquement : des nuisances sonores. Que les tympans bragards éprouvent une forme discrète de lassitude, assaillis qu’ils sont à longueur d’année par des rafales de décibels venus du ciel (JHM du 21 août). Cela dure depuis des décennies. Un jet a franchi le mur du son à la verticale de la maternité de l’hôpital (l’ancien, aux Ajots) au moment de ma naissance. Dès mes premiers instants, j’étais destiné à ne jamais être entendu. Continuer la lecture de Beaucoup de bruit